Nos références
Accueil Nos références

Station de chemin de croix polychrome Pro Christiana

gallery
 

POLYCHROMIE

DESCRIPTION


La polychromie a été observée sous loupe binoculaire et sous microscopie (x3.5 à x 35).

La polychromie originale : Appliquée directement sur la terre cuite, on peut Remarquer que deux techniques ont été utilisées :
La polychromie des carnations et chevelures : réalisée en couches successives de glacis de manière très finet et très précise.
La patine des vêtements : ils ont été peints en une seule teinte (ton de beige) puis patiné. Le bord des vêtements était ourlé d’un filet d’or.

ALTERATIONS


L’ensemble de la station présente un encrassement généralisé : présence de suie grasse, de poussière et de nombreux scrupules rassemblés dans les creux de l’œuvre.
L’ensemble de la couche picturale est écaillée. Cet écaillage se présente aussi bien sur les polychromies des carnations que sur les patines des vêtements. De plus, lors d’une intervention antérieure, du vernis a été appliqué sur les yeux du centurion. Ce vernis, avec le temps a oxydé en créant un jaunissement  (vernis utilisé : résine naturelle). Ceci gêne considérablement la lisibilité de l’œuvre. Il faudra procéder à son enlèvement.

Lieu :

Creutzwald

Catégories :

Polychromies - Statues

TRAITEMENT

  • Transport spécial de la station avec protection des zones fragilisées vers l’aletier
  • Rassembler la croix par un enduit, le tout, tenu par des tenons métalliques
  • Réfection des épines de la couronne avec un gros blanc (colle de peau + craie de champagne)
  • Réfection de la fissure par un enduit gros blanc
  • Réfection des épines  
  • Réfection de la partie haute de la croix

Restauration esthétique :

  • Conservation de la polychromie d’origine sur les visages.
  • Le visage du Christ a pu être conservé dans sa quasi-totalité.
  • Celui de Ste Véronique a été conservé de moitié. En revanche, la polychromie du visage du centurion n’était absolument plus adhérente, il a été restauré à l’identique.
  • De plus, comme il l’a été stipulé précédemment, le vernis apposé sur les yeux s’étant oxydé, il a fallut procéder à son dégagement. A l’aide d’un scalpel très fin, le vernis a été gratté, et très rapidement il s’est détaché. Le fait d’appliquer cette résine a créé une transposition de la couche picturale (des yeux) sur le vernis. Les yeux ont été repeint à l’identique à l’aide des photos réalisées auparavant.
  • Nettoyage par des produits adaptés qui seront définis après plusieurs test effectués, afin d’enlever la crasse qui s’y est déposée.
  • Pour l’ensemble des personnages : nettoyage avec un dépoussiérage général à la brosse en poils de porc long,
  • outils chirurgicaux et par aspiration.
  • Enlèvement des parties colorées non adhérentes au support par des outils de type scalpel et éventuellement sur certaines parties
  • Ponçage très léger au papier de verre très fin
  • Recherche de la teinte existante
  • Application d’une couche d’impression
  • Application de deux couches de peinture à l’huile fine avec patine des reliefs
  • Nettoyage des polychromies conservées au TAC 5%
  • Mise en polychromie des mains, pieds et poitrine du romain ainsi que des outils de la caisse
  • Reprise du filet doré autour des encolures et vêtement.
  • Traçage, pose d’un lit de mixtion, application de feuilles D’or 23 ¾ carats.
  • Lustrage au coton

 
 
 
195 rue Principale
57380 GUESSLING HEMERING
Tél. : 03.87.90.92.94
Fax. : 03.87.90.04.10

Références

voir nos références
 
Imaginé par NEFTIS | CMS : Flexit©
Accueil - La société - Églises - Ouvrage d'art - Art profane - Références - Contact - Mentions légales